Crédit halal, dans quel cas ?

crédit-halal

 

Faire recours à un crédit à intérêt ou un crédit bancaire est-il halal (licite) ou haram (illicite) en islam ? La finance islamique est l’une des plus éthiques, empêchant les musulmans de procéder à des investissements qui ne respectent pas leurs principes. La finance musulmane a des limitations qui répondent beaucoup plus aux préoccupations d’une responsabilisation de la finance. Beaucoup de musulmans se posent la question de savoir comment arriver à concrétiser leurs projets (achat de véhicule, immobilier, création d’entreprise…) grâce à un crédit islamique. Découvrez dans cet article dans quel cas le crédit est halal pour les musulmans.

 

Quand est-ce que le crédit est halal ?

 

L’économie islamique est régie par des principes religieux. Cela a un impact remarquable : l’économie suit des normes éthiques qui permettent de rendre justice en se basant sur les principes religieux. Ces derniers sont différents de ceux de la finance traditionnelle. Le crédit est considéré comme halal, légal et acceptable dans l’islam lorsqu’il répond à certains critères précis. Tout d’abord, il doit être utilisé pour des dépenses autorisées dans l’islam, telles que l’achat d’une résidence principale ou d’un bien immobilier à des fins locatives, ou encore pour le financement de projets professionnels. Découvrez plus de détail dans cette article.

Ensuite, le prêt doit être dépourvu d’intérêt ou de toute charge abusive, ce qui signifie que le prêteur ne peut pas facturer de taux d’intérêt excessif ou de frais de dossiers inappropriés. Tout emprunteur qui veut un prêt immobilier ou un prêt personnel ou autre a juste besoin de faire la demande de prêt en tenant compte de sa capacité de remboursement et de la durée de remboursement.

La principale interdiction d’un crédit islamique est celle qui concerne l’usure et les intérêts. Par exemple, un crédit immobilier est l’un des domaines concernés par l’islam, pourvue qu’il soit fait dans le respect des règles lors de l’établissement de crédit. Il y a une différence concernant la conformité des préceptes islamiques et des systèmes économico-financiers d’un pays musulman à un autre.

 

Est-ce que tout est interdit ?

 

Il ne faut pas penser que si on parle de crédit halal, la religion islamique restreint ou bloque l’entièreté de l’économie en la soumettant à des interdictions très strictes. En réalité, la règle stipule que tout ce qui n’est pas interdit expressément est autorisé. Les parties peuvent négocier librement en suivant les termes et conditions qui régissent tout commerce ou transaction, tout en ne violant pas la loi islamique. Cette règle est valable pour un crédit immobilier, à la différence que le remboursement de l’intérêt est interdit. Le droit musulman permet à tout emprunteur d’obtenir un prêt chez un établissement bancaire selon le meilleur taux, prêt à taux zéro.

La loi islamique (la charia) a limité l’activité commerciale et la négociation à un niveau donné. Les parties ont la possibilité d’agir avec une extrême liberté en dehors des limites. La religion islamique considère avec faveur la pratique d’activités commerciales et entrepreneuriales parce qu’elles sont aujourd’hui considérées comme des vecteurs d’amélioration de l’économie de la société dans son ensemble. De plus, les contraintes ou principes qui sont imposés par la loi islamique permettent de limiter les activités nuisibles à la société elle-même.

La finance et l’économie des pays islamiques se sont développées en suivant une voie différente de celle de la finance et l’économie conventionnelles, restant liées à la dimension religieuse. Aujourd’hui, les formules contractuelles, les instruments financiers et les relations bancaires sont nombreux et répandus dans le monde entier. Les musulmans ont désormais plus de possibilité d’accéder aux prêts comme : prêt pour un projet immobilier, prêt à la consommation, prêt auto, etc.

 

Qu’est ce qu’un crédit halal ?

 

Les crédits halal font partie de la finance islamique. Ils respectent les prescriptions du Coran sur les différentes manières de faire un prêt d’argent et de le rembourser. Il existe de nos jours des institutions financières, y compris des banques qui font la proposition de l’épargne et de l’emprunt immobilier selon les principes de l’Islam. Elles ont la possibilité de vous prêter de l’argent. Ce qui caractérise principalement ces banques est qu’elles vous donnent le crédit sans facturer un intérêt quelconque, mais il y a plus. À défaut de faire l’usage des taux d’intérêt comme une règle de prêt, il y a différentes approches qui sont utilisées dans le cas du crédit halal, en fonction de la situation. De cette manière, l’emprunteur est fidèle aux préceptes énumérés dans le Coran et parallèlement, il peut faire la gestion des coûts qui permettent à l’établissement de crédit de fonctionner.

Il existe une variété de produits de crédit qui répondent à ces critères dans le marché financier islamique, tels que les prêts immobiliers sans intérêt, le crédit à la consommation sans frais, ou le crédit halal en général. Ces prêts sont souvent offerts par des établissements financiers qui suivent les principes de la charia islamique.

Pour les emprunteurs à la recherche d’un prêt halal, il est conseillé d’utiliser des outils en ligne tels que les comparateurs de crédit islamiques et les simulateurs de crédit. Ils permettent d’obtenir une réponse de principe rapide, de comparer les offres, de bien comprendre les conditions du prêt et de faciliter les démarches de souscription.

 

Comment payer un crédit halal ?

 

Un crédit halal est payé sous plusieurs formes : soit par mensualité, soit sous forme de loyer. Il faut rappeler que la méthode de paiement est convenue au début de l’acquisition du crédit halal. En général, on ne débite souvent pas le compte courant de l’emprunteur. Tout est fait sur la base de la confiance, comme cela se passait par le passé dans le cas des prêts d’honneur. Il ne faut surtout pas oublier que le prêteur doit également gagner de l’argent d’une part pour poursuivre son activité, offrir un crédit halal à plusieurs personnes qui se trouveront dans le besoin.

En Islam, un prêt peut être accordé à titre gracieux à la condition qu’il soit remboursé intégralement. Le crédit doit être émis de manière transparente et claire. Les termes et les conditions du prêt doivent être bien définis, et les remboursements doivent être effectués selon la planification préétablie. Toute assurance liée au crédit doit être adaptée aux principes islamiques, tels que la mutualisation du risque et l’absence de produits financiers spéculatifs.

 

Pour que le crédit soit halal, il doit respecter les principes islamiques d’intégrité, de transparence, et d’équité envers le prêteur et l’emprunteur. Bien que les produits financiers islamiques soient moins courants dans les établissements de crédit traditionnels, leur popularité croissante montre que les consommateurs sont de plus en plus conscients de l’importance de respecter les normes éthiques dans le monde des finances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *